Accueil » Dialogues » Monsieur Lebœuf a mal au ventre

Monsieur Lebœuf a mal au ventre

Gros ventre

Un drôle de dialogue entre un docteur et son patient, pour apprendre en s’amusant | Vocabulaire de l’alimentation | FLE A2

Écoute et lis.

Le médecin:
Entrez, asseyez-vous. Alors, Monsieur Lebœuf, qu’est-ce qui ne va pas?

Monsieur Lebœuf:
Eh bien, docteur, j’ai mal au ventre.

Le médecin:
Continuellement?

Monsieur Lebœuf:
Non, pas continuellement. Après les repas.

Le médecin:
Après tous vos repas?

Monsieur Lebœuf:
Oui, tous les repas.

Le médecin:
Hmm. Que mangez-vous au petit déjeuner, par exemple?

Monsieur Lebœuf:
Ce que je mange au petit déjeuner… Euh… D’abord, une omelette au lard… Et je bois un grand verre de jus d’orange.

Le médecin:
Oui. C’est tout?

Monsieur Lebœuf:
Non. Après, je mange deux ou trois croque-monsieur.

Le médecin:
Oui.

Monsieur Lebœuf:
Après, une salade: des tomates, des concombres, des oignons, des olives.

Le médecin:
Bien. Autre chose?

Monsieur Lebœuf:
Des croissants. J’aime bien les croissants. Avec du café au lait.

Le médecin:
Naturellement. Autre chose?

Monsieur Lebœuf:
Un ou deux fruits: une pomme ou une poire, une banane, des raisins, … Parfois aussi quelques crêpes à la confiture.

Le médecin:
Je vois. Et au déjeuner, qu’est-ce que vous mangez?

Monsieur Lebœuf:
Attendez, attendez. Vers dix heures du matin, il faut que je grignote quelque chose, sinon je tiens pas le coup… Alors en sortant, le matin, j’emporte des tartines que je mange à dix heures.

Le médecin:
Bon. Le déjeuner?

Monsieur Lebœuf:
Alors, à midi, comme je n’ai pas le temps de rentrer à la maison, je mange rapidement un steak frites ou des hamburgers, puis des cuisses de poulet, puis une pizza au saucisson, puis un quartier de tarte ou de la glace. Et je bois de la bière ou du vin rouge.

Le médecin:
Ça, c’est pour le déjeuner, n’est-ce pas?

Monsieur Lebœuf:
Oui, le déjeuner. Je n’ai pas beaucoup de temps, à midi, alors je ne peux pas manger grand chose.

Le médecin:
J’ai compris. Vous devez avoir faim l’après-midi.

Monsieur Lebœuf:
Oh, oui. Vers trois heures je dois absolument manger quelque chose: des sandwichs ou du gâteau.

Le médecin:
Des sandwichs ou du gâteau, entendu. Et au dîner, Monsieur Lebœuf, que mangez-vous?

Monsieur Lebœuf:
Alors, le dîner, chez nous, c’est du sérieux.

Le médecin:
Ah oui?

Monsieur Lebœuf:
Ah oui, le dîner, pour nous, c’est le repas le plus important de la journée. C’est là qu’on se nourrit vraiment.

Le médecin:
C’est-à-dire?

Monsieur Lebœuf:
Avant tout, on prend l’apéro. Un whisky soda ou un gin tonic avec des amuse-gueule: des canapés au foie gras ou au saumon, des petits fours, et cætera.

Le médecin:
Je comprends. Pour vous ouvrir l’appétit, en somme.

Monsieur Lebœuf:
C’est ça, pour nous ouvrir l’appétit. Et puis, en entrée, j’aime bien manger des huîtres. Deux ou trois douzaines, avec du vin blanc.

Le médecin:
Deux ou trois douzaines.

Monsieur Lebœuf:
Oui. Après, on mange une soupe à l’oignon ou une soupe de poisson. Puis c’est le plat de résistance: un gigot, un rosbif ou des entrecôtes, avec des pommes de terre, un chou-fleur à la béchamel, des asperges. Et avec ça on boit une ou deux bouteilles de vin rouge. Après, une choucroute garnie à la charcuterie, avec de la purée, et on accompagne ça de quelques verres de bière. Ensuite des kebabs avec un pilaf de riz ou du couscous et des légumes grillés. Et puis les fromages, un assortiment, ou bien une fondue. Et si on mange une fondue au fromage, au dessert on mange aussi une fondue au chocolat.

Le médecin:
Naturellement. Autre chose au dessert?

Monsieur Lebœuf:
Une tarte Tatin, des profiteroles ou des gaufres, et de la glace, toujours, pour nous rafraîchir.

Le médecin:
Le café, après le dessert?

Monsieur Lebœuf:
Le café, oui, avec des madeleines, et puis le pousse-café: un porto ou un cognac.

Le médecin:
Bien. C’est tout?

Monsieur Lebœuf:
Si j’ai rien oublié, oui, c’est tout. Mais pourquoi vous me demandez ce que je mange, docteur?

Le médecin:
Vous m’avez dit que vous avez mal au ventre après les repas.

Monsieur Lebœuf:
Ah, oui, oui. C’est juste.

Le médecin:
Avez-vous mal en ce moment?

Monsieur Lebœuf:
Oui, oui, ça me fait mal là. Dans tout le ventre.

Le médecin:
Vous avez mangé quelque chose avant de venir ici?

Monsieur Lebœuf:
Ben, oui. Comme on avait rendez-vous à onze heures, je me suis dit: “Gérard, faut que tu manges quelque chose, parce que tu sais pas combien de temps ça va durer chez le docteur, et si ça se prolonge, tu vas crever de faim.”

Le médecin:
Levez-vous. C’est ici que ça fait mal?

Monsieur Lebœuf:
Oui.

Le médecin:
Et ici?

Monsieur Lebœuf:
Ouiche.

Le médecin:
Et là?

Monsieur Lebœuf:
Oui, oui, partout.

Le médecin:
Détachez votre ceinture.

Monsieur Lebœuf:
Comme ça?

Le médecin:
Oui, comme ça. Comment vous sentez-vous?

Monsieur Lebœuf:
Bof. Je dirais que c’est la même chose.

Le médecin:
Desserrez encore un peu votre ceinture.

Monsieur Lebœuf:
Comme ça?

Le médecin:
C’est bien. Et maintenant, vous avez encore mal?

Monsieur Lebœuf:
Ben… Oui, mais…

Le médecin:
Mais?

Monsieur Lebœuf:
C’est comme si je me sentais un petit peu mieux, là.

Le médecin:
Encore un cran.

Monsieur Lebœuf:
Encore un cran? Mais il va tomber, mon pantalon…

Le médecin:
Et maintenant?

Monsieur Lebœuf:
Eh bien… Je vais vous dire… C’est bizarre, mais… Ça me fait moins mal, comme ça.

Le médecin:
Encore un cran.

Monsieur Lebœuf:
Encore un cran, bon.

Le médecin:
Alors?

Monsieur Lebœuf:
Alors… Eh bien docteur, vous allez pas me croire… Mais je ne sens plus rien! Plus rien du tout! Eh ben dites donc, des docteurs comme vous, on en voit pas tous les jours! Vous m’avez guéri, tout simplement. Donc, c’était à cause de ma ceinture! C’est aussi simple que ça! Ha! Ha! Elle est bien bonne celle-là! Et moi qui me disais que peut-être je mangeais trop!

Lis aussi:

La nourriture, les aliments, les boissons »

Mes repas »